Nos projets

Projet n°1
Présentation brève du projet n°1 et de ses contours avec images !

Les connectés

Nous avons 13 invités en ligne

Agenda du mois

Juin 2019
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30

Historique

Monsieur Davis SON maitrise parfaitement l'histoire des Archives Nationales.

 

MISE EN PLACE DU CENTRE NATIONAL DES ARCHIVES (CNA) ET ACTIVITES MENEES

 

Le Centre National des Archives (CNA) a ouvert ses portes en novembre 1973, avec quatre  personnes formées : un directeur , un archiviste, et deux bibliothécaires. Il s’agit respectivement de Didier OUEDRAOGO, Maurice GUIRE, Bernadette GUIENGANI, et Hippolyte TAPSOBA. Il était logé dans deux bureaux d'un bâtiment annexe du Palais présidentiel. La mise en place s'est fait avec enthousiasme car les promesses d'un développement rapide avaient été faites aux agents en attendant les infrastructures promises : affectation d'un bâtiment provisoire, dotation en matériel adéquat, etc. le CNA n'est pas resté les bras croisés ; Il classa les premières archives à lui confiées par la Présidence ainsi que les archives toutes fraiches du Premier Ministère de la 2eme République de 1974.

 

Pour rassurer les supérieurs hiérarchiques qui avaient quelques craintes quant au respect des secrets d'Etat que les jeunes archivistes pourraient rencontrer dans les dossiers, un décret fut pris les obligeant à prêter serment devant la Cour d'Appel. Des sanctions pénales et pécuniaires étaient même prévues pour les éventuels contrevenants. Il s'agit du décret n° 74-004/PRES/CNA du 05 février 1974 portant prestation de serment du personnel du CNA. En réalité, seuls les quatre archivistes de la première promotion se soumirent à cette disposition.

 

Toujours en attente de la construction du bâtiment des archives, les archivistes se contentèrent d'un logement administratif équipé pour le directeur, pour le service, trois bureaux en 1976, ramenés à deux en 1978, à l'Inspection Générale des Affaires administratives nouvellement construite où il était impossible d'effectuer le moindre classement d'archives.

Le logo des archives a été conçu en 1979. Il présente des bras et des mains tendus vers le ciel protégeant un objet précieux à son centre : la mémoire nationale, symbolisée par le cercle plein.

 

En 1984, après l'avènements de la Révolution, la 3éme situation se répéta ; le CNA fut transféré sur le site de l'actuelle Direction de la Télévision composé seulement de deux bureaux. En 1987, après les événements du 15 octobre, ce fut un logement administratif transformé en bureaux, qui accueillit le CNA en compagnie d'autres agents de la  Présidence de la République. Il s'agit de l'actuel site du Conseil Supérieur de la Communication (CSC).

 

En 1974, un terrain d'un hectare fut accordé pour la construction du siège des Archives Nationales (arrêté n°512-MF/DOM du 07-08-1974) et était contigu du bâtiment principal de la Présidence de la République. Le long temps mis pour réunir les fonds du projet a fait que le terrain en question fut occupé par les bâtiments de l'actuelle infirmerie du personnel de la Présidence de la République.

En 1976, il fut adopté un statut particulier du cadre des personnels des archives, bibliothécaires et centres de documentation par décret n°76-318 PRES/FPT/ du 06-09-1976. Ce dit statut est actuellement caduc du fait de l'adoption du statut global des agents de la fonction publique.

 

C'est au total 15, voire 20 ans d'errance que le CNA a dû endurer avant d'obtenir son site définitif à l'actuel Campement ou Ex Hôtel des députés. Le choix de ce lieu n'est pas fortuit : en effet, le CNA le convoitait depuis 1984. L'argument avancé par le CNA était que sa restauration permettait de conserver pour la postérité le plus ancien bâtiment administratif en dur (pierres taillées rouges) jamais construit a Ouagadougou (il date de 1922). Une valeur historique et sentimentale s'attache à cet édifice qui a abrité d'abord l'imprimerie de la Colonie de Haute-Volta (Imprimerie du Gouvernement) jusqu'en 1932, puis, agrandi vers 1935. Il a servi de maison des hôtes du gouverneur, de lieu de regroupement des chefs coutumiers et des agents de l'Etat (ceux-ci étaient souvent convoqués à Ouagadougou pour recevoir des mots d'ordre pour la collecte de l'impôt ou pour organiser la lutte contre les grandes endémies et autres grands fléaux, pour les festivités du 14 juillet, etc.), avant d'être transformé en Hôtel des députés des différents régimes politiques.

Le nouveau terrain attribué est celui de 1'emplacement actuel du CNA, objet du titre foncier n°1179 d'une superficie d’un hectare 49 are 02 centiare. Il a été accordé par arrêté n° 015 -MEFP/SG/DGI/CNE du 02 mars 1994 par les autorités de la 4e République.

Plus précisément, le CNA occupe l'espace compris au nord par l'Avenue du Professeur Joseph KI-ZERBO, depuis le siège du Projet Bagré, jusqu'au mur du PNGT ; au Sud par l'Avenue du Président Maurice YAMEOGO entre l'IRD (ex ORSTOM) et 1'école de la Croix rouge.

 

LA CONTRIBUTION DE FASO BAARA

L’Agence a financé et réalisé les constructions suivantes :

- l'Unité administrative abritant la direction, le secrétariat, la comptabilité, les bureaux des archivistes et une salle de réunion.

Les fondations du bâtiment ont été conçues pour supporter au moins quarante (40) bureaux en R + 2.

-la salle de lecture au rez - de - chaussée et la salle de conférences et d'expositions à l'étage, le tout encastré dans le U de l'ex-hôtel des députés ; (financement conjoint Etat burkinabé-Faso Baara)

- les murs de clôture de l’ensemble du titre foncier n°1179

- l'aménagement des espaces verts et l'assainissement de la cour par la pose de dalles en béton armé ; la réalisation de 2 parkings et d'une allée couverte pour réunir les 3 bâtiments.

 

L'ACTION DE LA PRESIDENCE DU FASO

Outre le magasin de stockage, le budget de l'Etat a financé la construction par la SONABEL, du transformateur situé sur la l'Avenue Président Maurice YAMEOGO au Sud-est du CNA, afin que l'alimentation en énergie électrique des installations ne souffrent d'aucune insuffisance. Il a également permis 1'installation de lampadaires pour l'éclairage de la cour ainsi que le branchement d'eau par l'ONEA.

L’action de l'Etat s'est poursuivie par la climatisation des locaux et l'achat du mobilier pour la mise en service de la salle de lecture et de la salle de conférences.